Presse

 

Le pouvoir de l’imaginaire. Avant de pénétrer dans la salle, personne ne sait ce qu’il va découvrir. Les spectateurs entrent par groupe de cinq, guidés par les équipes des Nuits Noires. Le silence se fait et on essaie de regarder autour de soi : inutile. L’obscurité est complète. Le concert débute, les premières notes, la prise de conscience est totale. Ce n’est pas un spectacle comme les autres (…) les rythmes de la batterie offrent une expérience étrange, presque mystique. Pierre Choix.

20 minutes Lyon

 

 

Presse papier